Vous êtes ici

Les coupoles et mosaïques

  • La polychromie, le mélange de couleur
    A Notre-Dame de la Garde, les pierres extérieures sont des pierres blanches et des pierres vertes.
    A l’intérieur de la Basilique, la polychromie, très en vogue à l’époque, est aussi de rigueur. L’alternance, entre le marbre blanc de Carrare et le marbre rouge de Brignoles, fourni par le marbrier et sculpteur Jules Cantini, égaye l’ensemble de l’édifice.
     
  • Les coupoles
    De l’extérieur, seule la grande coupole qui domine le cœur est visible. Le toit à double pente qui couvre le reste de l’édifice dissimule les trois coupoles intérieures de la voute de la nef.
     
  • Les mosaïques
    Elles sont très présentes dans l’ensemble de l’édifice : dans le chœur, dans les coupoles, dans les chapelles… et même au sol. Inspirées par les grandes fresques chrétiennes des Ve et VIe siècles des sanctuaires de Rome et de Ravenne, elles ont été restaurées, après plusieurs années de travail intense, par le maître mosaïste marseillais Michel Patrizio.
     
  • La mosaïque de l’annonciation
    L’annonciation décrit la rencontre entre la Marie et l’archange Gabriel, envoyé par Dieu pour lui annoncer qu’elle va être la mère du Messie. Cette mosaïque nous incite à faire mémoire de l’événement qui marque véritablement le début du Nouveau Testament, la conclusion d’une Alliance nouvelle entre Dieu et l’humanité.
    L’ange tient dans sa main le Lys marial, symbole de pureté.Il désigne de sa main droite, au centre de la composition, la colombe, manifestation de l’Esprit Saint qui accompagne l’archange.
     
  • La mosaïque du cul-de-four de l’abside
    Dans le médaillon central figure un navire, qui représente l’Eglise, qui vogue sur une mer agitée par les difficultés du monde. Mais résolument, elle va vers le port (le Sauveur), guidée par le phare où brille la croix du Christ.
    Elle est doublement aidée par la Vierge Marie, comme en témoigne la voile marquée de son monogramme (le M en forme de couronne qui la représente comme Reine du Ciel) et l’étoile rayonnante qui guide les marins marquée du même M qui rappelle que Marie est aussi « l’étoile de la mer », « Maris Stella ». La voile bleue et blanche porte les couleurs de Marie, mais aussi celles de la Ville de Marseille.
    Ce médaillon symbolique est au centre d’un admirable décor fait de magnifiques rinceaux de feuillage sur lesquels sont posés 34 oiseaux. Tout en haut de la mosaïque la trinité est représentée : le ciel bleu piqué d’étoiles symbolise le Père, la colombe représente le Saint Esprit et la Croix surmontant la tour fanal évoque le Fils incarné.
     
  • Le rosaire
    Au « ciel » du chœur, dans la profondeur de la coupole, la couronne mariale montre le chemin : c’est la Vierge, Reine et Porte du Ciel.
    Une guirlande de fleurs entrelacée avec des chapelets est soutenue par quatre anges. Cette couronne fleurie est un appel à la prière du Rosaire qui consiste à réciter des chapelets en méditant sur les mystères du Christ ou de Marie.
    Aux quatre angles du dôme sont disposées les statues des quatre évangélistes : Marc est le Lion, Luc le taureau, Matthieu l’ange et Jean, l’Aigle.

     

Mosaïques de la Basilique de Notre-Dame

 

Coupoles et mosaïques de la Basilique

 

Mosaïque de l'Annonciation

 

 

Mosaïque du cul-de-four de l'abside
Médaillon de la mosaïque de cul-de-four de l'abside
Le rosaire de la Basilique
Détail du rosaire de la grande coupole

Réseaux sociaux

 

  Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet